Episode 57 – Se lancer sur les pas de familles déportées pendant la Shoah, avec “Le bureau d’éclaircissement des destins” de Gaëlle Nohant

Powered by RedCircle

Aujourd’hui, le livre qu’on croque, c’est le Bureau d’éclaircissement des destins, un roman de Gaëlle Nohant.

Irène, une femme française qui vit en Allemagne depuis quelques années, divorcée, a un travail un peu atypique : elle travaille à Archives Arolsen, anciennement l’International Tracing Service, le plus grand centre de documentation sur les persécutions nazies. En 2016, l’objectif d’Irène est de trouver les propriétaires ou la famille de victimes de camps de concentration, le tout à partir d’un objet, même le plus insignifiant aux premiers abords. Il s’agit d’un travail dévorant, obsédant, où elle se lance à corps perdu et où elle croise les fantômes de Wita, une jeune polonaise, Lazar qui a changé de nom, et, plus proche d’elle, son amie et collègue décédée, Eva. Un livre historique richement documenté, passionnant, regorgeant d’anecdotes glaçantes et de moments d’humanité, posant la question de « comment ne pas oublier l’horreur ? ». Ce roman parle d’antisémitisme, de nazisme, d’archives et de relations humaines, mais aussi de transmission et de deuil intergénérationnel.

Ce roman, en fait, il foisonne, il parle de tant de choses liées à la guerre et aux génocides sous le régime nazi, il bourdonne d’informations et de vies qui palpitent entre les pages. Je me suis vite attachée à Irène, qui a l’impression d’être responsable de son divorce, et qui cherche de manière obsessionnelle les héritiers et héritières des personnes déportées. Quitte à disparaître sous ce travail de quête et ne pas se demander pourquoi elle est arrivée là. Car après tout, dans ce travail particulier, en lien avec la mémoire, il y a toujours une réponse à une question intime qu’on cherche.

C’est un roman touchant, essentiel, qui montre à quoi servent les archives et surtout celles de cette période : à montrer que ces personnes ont existé, qu’elles ont subi des choses terrifiantes, inimaginables. On découvre ce centre rempli de plus de 30 millions de documents, destinés à rétablir une justice pour les victimes ou leur famille. Les enquêtes d’Irène, entre archives et investigations, se mêlent habilement et le roman est très prenant, les personnages marquants. C’est l’équilibre parfait entre le romanesque et l’historique, sans atténuer ou dénaturer le thème de la Shoah, le roman le met en valeur. Histoires de vies personnelles se mêlent à l’Histoire avec un grand H avec beaucoup de tact et de délicatesse, sans enlever de leurs difficultés et de l’horreur. Même si la Shoah était marquée par le fait de vouloir effacer les individus, supprimer les traces de leur passage sur Terre totalement, ce type de roman montre à quel point les archives et les témoignages sont essentiels pour garder un lien et une mémoire vive de cette période historique.

Ca fait deux fois que je lis un livre sur le thème de la Shoah cette année, et j’ai trouvé que c’était à chaque fois un un très beau roman. Il a fait écho, dans un tout autre style et un ton entièrement différent, avec Quand tu écouteras cette chanson de Lola Lafon. Je vous recommande chaudement Le bureau d’éclaircissement des destins si vous voulez découvrir Irène et les vies incroyables et tragiques des personnes qu’elle recherche.

Livre chroniqué : Le bureau d’éclaircissement des destins, Gaêlle Nohant, éditions Grasset, 2023

Conseil lecture : Quand tu écouteras cette chanson de Lola Lafon

Musique du générique :

Credits: Not The King – Ice Tea – Royalty Free Vlog Music — Music By Not The King

Musique d’ambiance pour la lecture :

Titre: heklAa – Vik, dispo ici : https://blackhill1.bandcamp.com/album/rivers-shores

Contact :

Instagram @lacroqueusedelivrespodcast

Mail : lacroqueusedelivres@gresille.org

Si vous voulez être invité-e dans le podcast ou me faire un retour, n’hésitez pas !

N’hésitez pas à le partager autour de vous pour le faire découvrir ou à le noter sur votre application de podcast préférée.

Merci pour votre écoute.

A très vite, pour découvrir un nouveau livre à croquer… ou à dévorer !

Episode 56 – Etre une prodige aux échecs avec Le Jeu de la dame de Walter Trevis

Powered by RedCircle

Aujourd’hui, le livre qu’on croque, c’est Le jeu de la dame de Walter Trevis. C’est le livre qui a été à l’origine de l’adaptation en série The Queen’s Gambit sur Netflix !

C’est l’histoire de Beth Harmon, orpheline étasunienne renfermée sur elle même, qui se découvre un talent et une passion pour les échecs. Elle est brillante et va monter les échelles des concours d’échec nationaux et internationaux. Mais tout ne se joue pas sur un plateau de 64 cases noires et blancs : derrière le jeu, se cachent des intrigues politiques notamment entre les USA et l’URSS, et beaucoup de misogynie. Beth devra affronter ses propres démons et des adversaires redoutables pour être à la hauteur.

C’est simple : j’ai eu du mal à reposer le livre. Il était écrit d’une manière très fluide, addictive, j’avais toujours envie de connaître la suite. Je me suis intéressée aux échecs, aux techniques qu’apprend Beth et je me suis même mise à apprendre le jeu suite à cette lecture. Elle m’a vraiment happé ! Le personnage de Beth est plein de failles et de lumières, un portrait subtil d’une femme géniale dans un milieu qui a du mal à lui faire une place. J’ai aussi appris des choses sur les orphelinats aux USA en 1950/60 : on donnait aux enfants des cachets pour les rendre plus dociles. Et lorsque cette pratique a été condamnée, les enfants se sont retrouvés subitement en pleine désintoxication contre leur gré ! Une enfant passionnée, baladée de l’orphelinat à une famille en toc, ce sont les échecs qui sont toujours sa bouée de sauvetage … ainsi que des addictions diverses et variées. Beth est butée, obstinée, mauvaise perdante, elle veut gagner, elle sait qu’elle est brillante et elle veut le montrer aux autres. Et on s’attache beaucoup à cette femme qui semble parfois distante, souvent peu sensible et seule, parce qu’on la suit depuis ses huit ans et ses premiers pas vers un jeu qui révèle son talent.

Je vous conseille ce roman si vous avez aimé la série, si vous cherchez une lecture facile et addictive, et si vous n’avez pas peur de vous retrouver happé par les échecs. A vos risques et périls !

Livre chroniqué : Le jeu de la dame de Walter Trevis, éditions Gallmeister 2021

Une chronique qui dit que ce roman « se lit comme un thriller » ! : https://www.francetvinfo.fr/culture/livres/roman/le-jeu-de-la-dame-le-roman-de-walter-tevis-qui-a-inspire-la-serie-a-succes-se-lit-comme-un-thriller_4639693.html

Musique du générique :

Credits: Not The King – Ice Tea – Royalty Free Vlog Music — Music By Not The King

Musique d’ambiance pour la lecture :

Tajemství · Alen · Alena Karkošková · Alena Karkošková · Martin E. Kyšperský

Alen

Contact :

Instagram @lacroqueusedelivrespodcast

Mail : lacroqueusedelivres@gresille.org

Si vous voulez être invité-e dans le podcast ou me faire un retour, n’hésitez pas !

N’hésitez pas à le partager autour de vous pour le faire découvrir ou à le noter sur votre application de podcast préférée.

Merci pour votre écoute.

A très vite, pour découvrir un nouveau livre à croquer… ou à dévorer !

Episode 32 – Chercher sa jumelle dans les Etats-Unis des années 50, avec L’autre moitié de soi de Brit Bennett

Powered by RedCircle

Aujourd’hui, le livre qu’on croque, c’est L’autre moitié de soi, un roman de l’autrice étatsunienne Britt Benett.

L’histoire se déroule dans une ville du Sud des Etats-Unis dans les années 50 alors que la ségrégation n’est pas encore abolie. Desiree et Stella naissent dans un village de personnes noires mais qui sont blanches de peau, et fières de l’être. Elles s’enfuient toutes les deux à New Orleans pour rechercher une liberté qui leur échappe dans ce petit village.

Le roman se passe sur quasiment toute la vie des jumelles et celles de leurs enfants. En effet, Desiree revient 14 ans plus tard avec sa fille à la peau noire. Sa sœur, elle, a décidé de mener “une vie de blanche ” quitte à couper les ponts avec toute sa famille et disparaître pour se construire cette nouvelle vie. Dans un monde où la couleur de peau est déterminante et n’est pas tant liée à la quantité de mélatonine qu’à une goutte de sang noir parmi ses ancêtres, on suit deux jumelles déchirées, avec des choix de vie radicalement différents, qui vont grandir. C’est un très beau livre, fort.dans ses thématiques et son écriture. J’ai aimé l’histoire rapidement : les personnages sont humains avec leurs contradictions et leurs peines. Ils et elles sont décrites sans concession et avec tendresse tout à la fois. Plusieurs rebondissements attendent le lectorat dans cette recherche d’identité et de transgression, j’ai beaucoup accroché à ces aller retour passé/présent qui font avancer l’histoire progressivement. L’autrice dresse un regard affûté sur la ségrégation et sa fin officielle (mais pas vraiment officieuse) aux USA tout le long du roman. J’ai vraiment eu l’impression qu’elle nous prenait par la main des le début pour nous guider dans le quotidien de Desiree, qui rêve d’autre chose que ce village de noirs qui sont enchantés par la pâleur de leur peau. On ressent en plus sa douleur d’avoir été trahie par la moitié d’elle-même. Comment se reconstruire et savoir qui on est, toute seule, lorsqu’on a toujours été deux ? Comment trouver sa place ? C’est vraiment un très beau roman, qui aborde le racisme, le poids de la transmission, notamment celle des traumatismes et l’héritage de la ségrégation. Ce qui est fort, c’est qu’elle aborde tout ça à la fois et pas seulement, grâce à une galerie de personnages très humains qui se déploient au fil du roman, tout au long de la deuxième moitié du 20e siècle

Je vous recommande ce roman si vous cherchez une histoire qui parle de trouver sa place, d’ignorer ou pas ses racines, avec un angle rarement utilisé pour parler du racisme (le cas des “noirs-blancs”).


***

 Livre chroniqué : L’autre moitié de soi, de Brit Bennett, Editions Autrement, 2020

***


Musique du générique :

Credits: Not The King – Ice Tea – Royalty Free Vlog Music — Music By Not The King

Musique d’ambiance : musique libre de droits gratuite Country Ballade années 50 @musiqueslibresdedroits

 https://www.youtube.com/watch?v=8ZfRlD8rxQQ

***

Contact :

Instagram @lacroqueusedelivrespodcast

Mail : lacroqueusedelivres@gresille.org

Si vous voulez être invité-e dans le podcast ou me faire un retour, n’hésitez pas !

N’hésitez pas à le partager autour de vous pour le faire découvrir ou à le noter sur votre application de podcast préférée.

A très vite, pour découvrir un nouveau livre à croquer… ou à dévorer !

Episode 29 – Passer une nuit au musée avec Lola Lafon dans “Quand tu écouteras cette chanson”

Powered by RedCircle

Aujourd’hui, le livre qu’on croque c’est Quand tu écouteras cette chanson, un livre de Lola Lafon. C’est un livre qui s’inscrit dans la collection « Ma nuit au musée ” des éditions Stock.

 Lola Lafon décide de passer une nuit au musée Anne Frank, à Amsterdam.

L’autrice tisse des liens entre l’histoire d’Anne Frank et la sienne. Loin d’être un simple témoignage, le Journal est en effet aussi une photographie de l’adolescente irrévérencieuse qu’était Anne Frank (comme le sont les ados !). Lola Lafon parle du Journal comme objet de réflexion sur l’écriture (il était pensé comme telle par son autrice, qui voulait être écrivaine). Elle parle des utilisations, censures et manipulations de ce journal réalisées pour lui donner une portée universelle ( considéré comme trop sombre ou parlant trop de judéité !!! Le comble !!!). Il a donc été modifié ou coupé lors de ses adaptations en film ou au théâtre en enlevant ce côté « trop juif » (ça m’a beaucoup choqué, mais j’arrête là avec les points d’exclamation !).

Ce qui fait la beauté de ce livre c’est donc ces moments historiques avec un grand H qui se mélange avec l’histoire personnelle de Lola Lafon. L’autrice se confie sur sa judéité, son rapport à la Shoah, son histoire familiale et personnelle, jusqu’à livrer la clé du titre, qui met un pont entre Anne Frank et elle-même. C’est un livre qui établit un dialogue entre deux autrices intergénérationnelles.

On m’en avait parlé mais il n’était pas trouvable de suite dans les bibliothèques autour de chez moi. C’est dans une bibliothèque en vacances que j’ai pu l’emprunter, par hasard.

D’ailleurs, merci Papa pour le renouvèlement de carte de bibli qui a permis cette rencontre entre ce livre et moi ;).

Je l’ai commencé dans le métro, sans trop d’attente et avec un peu de curiosité. Je vous le dis de suite : je ne connaissais pas lola lafon et après avoir lu ce livre, je veux découvrir tous les autres livres et romans qu’elle a écrit. Quelle claque ! Ce livre entre autobiographie et biographie est magnifique. C’est sans conteste mon coup de coeur de 2023 pour l’instant, le livre qui me marque le + depuis janvier en tout cas.

Il est bien écrit, les chapitres coulent et se lisent sans peine, l’histoire, ce dialogue entre deux périodes, est prenant, j’ai appris des choses sur Anne Frank (que je n’ai jamais lu et que j’ai envie de lire à présent !), bref : une claque et une bouffée d’air frais tout à la fois ! Lisez le !

Je vous conseille ce roman si vous cherchez un livre prenant et touchant, qui ne pourra pas vous laisser insensible.

***

Livre chroniqué : Quand tu écouteras cette chanson, Lola Lafon, Editions Stocks, 2022

***

Musique du générique :

Credits: Not The King – Ice Tea – Royalty Free Vlog Music — Music By Not The King

Musique libre de droit gratuite Valse Ballade Violoncelle

***

 Contact :

Instagram @lacroqueusedelivrespodcast

Mail : lacroqueusedelivres@gresille.org

Si vous voulez être invité-e dans le podcast ou me faire un retour, n’hésitez pas !

N’hésitez pas à le partager autour de vous pour le faire découvrir ou à le noter sur votre application de podcast préférée.

Merci pour votre écoute.

A très vite, pour découvrir un nouveau livre à croquer… ou à dévorer !

Episode 25 – Mes dernières lectures Printemps du livre Grenoble 2023 – le dernier Alice Zeniter, érotisme adolescent et apprendre à donner des coups

Powered by RedCircle

Aujourd’hui, le livre qu’on croque eh bien… ce sont plusieurs livres !

L’épisode d’aujourd’hui est un peu spécial, vu qu’il recouvre trois chroniques courtes, un peu à la manière des chroniques du mois passé. L’objectif est de vous parler des lectures que j’ai lu, aimé et qui ont en plus le bon goût d’être dans la sélection Printemps du livre Grenoble 2023 !

Le premier livre dont je veux vous parler car je l’ai fini depuis ma dernière chronique du mois passé, c’est Toute une moitié du monde, d’Alice Zeniter, une autrice que j’admire beaucoup. J’ai trouvé que toute une moitié du monde avait des passages pertinents, qui m’ont touché ou marqué et m’ont donné envie de les écrire pour me souvenir. L’idée, c’est que la littérature semble oublier toute une moitié du monde, notamment les femmes, qui sont invisibilisées, que ce soit dans des personnages peu intéressants ou au niveau de l’écriture. Ce serait réduire cet essai que de ne parler que de ça, mais en tout cas, je vous le recommande si vous avez envie de savourer les notes de bas de page complices d’Alice Zeniter, apprendre des choses et réfléchir un peu par la même occasion.

Le deuxième livre que j’ai lu, c’est Apprivoiser l’été, de Marie Boulier, qui est un roman à destination des ados. Dans ce livre, on suit l’été d’Olivia, une adolescente qui s’ennuie et va se poser des questions pendant son été un peu vide. Ses amis de toujours s’éloignent, obsédés selon elle par des histoires de coeur ou l’envie de “le faire”, elle ne se sent pas à l’aise avec son corps qui change et ses parents semblent sourds à ses problèmes. La rencontre avec Eole et son groupe des Queer Moustaches va être un vrai électrochoc : ça se construit comment une identité ? Comment je suis qui je suis ? Comment découvrir mon corps qui change ? Pourquoi je me sens en décalage avec tout le monde et avoir ce qu’on attend de moi ? D’ailleurs, qu’est-ce que je veux ? J’ai trouvé que la manière d’aborder le thème de l’adolescence était très juste et douce. On suit avec empathie Olivia dans ses révoltes et ses questionnements. C’est un vrai passage de l’enfance aux rivages de l’adolescence qui est conté dans ce roman. Je vous le recommande si vous voulez un rayon de soleil traversé par un arc en ciel dans vos lectures, ou si vous connaissez des adolescent-es pas très bien dans leur peau. Apprivoiser l’été paraît dans la collection de romans érotiques pour adolescents L’Ardeur chez Thierry Magnier

 (lecture d’un passage court du roman Poids Plume de Mick Kitson)

Le dernier livre que j’ai lu, et qui clôt cette sélection de dernière minute, c’est Poids Plume de Mick Kitson, un roman qui nous plonge dans l’Angleterre de la fin du XIXe siècle. On y suit Annie, une jeune Rom, qui est vendue pour permettre à sa famille de survivre (ça commence bien !). Elle est achetée par un ancien boxeur, Bill Le Slasher, qui ouvre un bar à bières dans un quartier populaire et grandit là bas. Pour se défendre, elle se met à apprendre la boxe, qui devient aussi une passion et un gagne pain. Lorsqu’une école pour pauvres ouvre à côté de chez elle, elle se met à utiliser les mots autant que ses poings. On découvre les combats de boxe illégaux, les mouvements de grève ouvrière, le racisme anti-Rom, le sexisme mais aussi des personnalités féminines éclatantes de vitalité et se creusant une place dans cet environnement hostile. On s’attache à Annie qui devient une jeune boxeuse accomplie et puissante. C’est un beau récit, captivant, qui nous fait voir le monde par moment du point de vue d’Annie et sa façon de voir le monde. La description de la misère et des écarts de richesse est marquante et c’est une lecture qui nous oblige à retenir notre respiration par moment. A priori, c’est l’histoire de l’arrière grand-mère de l’auteur !

***

Vous avez lu un de ces romans ? Il vous a plu ? J’ai lu ces livres car il était dans la sélection du #PDLGrenoble2023 et je découvre de jolies choses. J’ai hâte de rencontrer les auteurices lors de cet évènement littéraire : j’ai prévu notamment d’aller à la rencontre entre Marie Boulier et les éditions L’Ardeur. On s’y retrouve ?

N’hésitez pas à regarder les anciens épisodes du podcast pour découvrir ou redécouvrir des livres déjà croqués. J’ai notamment fait une sélection PDLGrenoble 2023 sur Instagram si ce thème vous intéresse particulièrement. Si vous voulez être invité-e dans le podcast ou me faire un retour, n’hésitez pas ! Je suis joignable à @lacroqueusedelivrespodcast tout attaché sur Instagram ou par mail à lacroqueusedelivres@gresille.org. Les informations sont dans la description de l’épisode.

Je vous dis à très vite pour découvrir un nouveau livre à croquer… ou à dévorer !

Livres chroniqués

 – Toute une moitié du monde, Alice Zeniter, éditions seuil, 2022

– Apprivoiser l’été, de Marie Boulier, éditions Thierry Magnier, collection l’Ardeur, 2022

– Poids plume de Mick Kitson, éditions Métaillié, 2022 (a remporté le prix Jules Rimet 2022)

Musique du générique :

Credits: Not The King – Ice Tea – Royalty Free Vlog Music — Music By Not The King

Bruitage pour le moment de lecture (foule) :

 https://www.youtube.com/watch?v=bV6nZ5J80j4&list=PLeI6bweAZG8RmoUqrpBnvlymqLr8r69Q3

Contact :

Instagram @lacroqueusedelivrespodcast

Mail : lacroqueusedelivres@gresille.org

Si vous voulez être invité-e dans le podcast ou me faire un retour, n’hésitez pas !

A très vite, pour découvrir un nouveau livre à croquer… ou à dévorer !

Episode 14 – Traquer les opposants au régime en URSS avec “Les services compétents” d’Iegor Gran

Powered by RedCircle

Aujourd’hui, le livre qu’on croque c’est Les services compétents d’Iegor Gran, un roman autobiographique à la fois drôle et glaçant sur l’URSS dans les années 60. Il est très prenant et facile à lire pour information !


La course poursuite entre le KGB – les services compétents – et Abraham Tertz, un intellectuel russe qui a l’outrecuidance de critique le réalisme soviétique et est donc classé comme anti-soviétique est captivante. On connaît déjà la fin : car même s’ils sont un peu ridicules par moment sous la plume acérée d’Iegor Gran, les services compétents sont effectivement compétents. Ce n’est qu’une question de temps.


*

Je vous recommande ce roman qui parle avec un ton bien particulier de l’autoritarisme et de l’URSS pendant la Guerre Froide, via une course poursuite sur 6 ans.

**

Vous avez lu ce roman ? Cette chronique vous a donné envie de le lire ? N’hésitez pas à me donner votre avis sur cet épisode et le podcast en général, je suis joignable par mail à lacroqueusedelivres@gresille.org ou sur Instagram @lacroqueusedelivrespodcast et vos retours me sont précieux !


**


A très vite pour découvrir un livre à croquer… ou à dévorer !


***

Livre chroniqué :Les services compétents de Iegor Gran, éditions P.O.L, 2020

***

Musique du générique :

Credits: Not The King – Ice Tea – Royalty Free Vlog Music — Music By Not The King

Musique d’ambiance pour l’extrait lu :

Crédits à : https://www.youtube.com/channel/UCOaT… Instagram : @florent_combe Mail : contact@florentcombe.com