Alors, c’était comment le Printemps du livre 2024 ?

Bonjour, bonsoir, et bienvenue dans cet article de blog qui va parler de… mon bilan Printemps du livre 2024 !


Et oui, comme je n’ai pas le temps d’enregistrer un épisode, je vous fais le récapitulatif dans ce joli article, qui va vous permettre d’avoir mes retours sur cet évènement littéraire grenoblois, dont j’étais partenaire avec La Page Sensible (le blog de Marion est ici).

J’ai commencé dès mercredi soir par la rencontre avec Florence Hinckel (qui a un chouette blog) à la bibliothèque Teisseire-Malherbe : avec Capucine et Laurence (qui menaient l’interview), elles ont parlé de féminisme, de sciences, de classe préparatoire&bizutage, de réseaux sociaux, d’écrire pour les ados et pour les adultes. J’ai pu apprendre que Toutes des filles en jaune, que j’avais mis dans la catégorie YA dans mon podcast, est en fait catégorisé comme « adulte ». Comme quoi, la frontière est floue, et je suis certaine que les grands ados et autres adolescents seront marqués par cette lecture que j’ai adoré. L’épisode ici !

Vendredi après-midi, j’ai pu voir en chair et en os Sylvain Prudhomme, que nous avions interrogé avec Marion ici (et ma chronique sur l’Enfant dans le taxi, son dernier livre, est ici) L’interview mené par les doctorant-es en littérature de l’UGA était truffé de détails et de questions pointues&originales, j’étais assez surprise et ça a été un défi pour Sylvain ! (J’ai redécouvert des détails du livre du coup !)(j’ai bien aimé, l’angle était complètement différent de l’interview réalisé avec Marion).

Samedi matin, je suis allée à la rencontre avec Clara Arnaud à la bibliothèque Kateb Yacine : je n’ai pas eu le temps de lire son livre Et vous passerez comme des vents fous avant le PDL, mais je compte bien le lire bientôt. Cette rencontre m’a confirmée dans ce choix et cette envie, j’ai beaucoup aimé sa manière de parler de la montagne, de la nature, de l’écriture, de ses voyages et de l’Ariège (et j’ai eu une grosse pensée pour la librairie-jeux Mazette!, à Mazères (je vous envoie d’ailleurs de gros bisous les Mazettes ;)). Ça m’a donné envie !
L’après-midi, j’ai pu voir Marie Détrée en action… et j’ai appris qu’elle était peintre national de la Marine … ça m’a fasciné (je ne connaissais pas ce métier)! J’ai beaucoup aimé sa manière d’expliquer ce qu’elle fait, et j’ai très envie de fouiller son blog (et toutes ses techniques de dessins !). J’ai appris la différence entre un manchot et un pingouin, rien que pour ça, ça valait le déplacement.

Belle soirée librairie-dédicace à la Bibliothèque d’étude et du patrimoine (BEP) : au programme, dédicace de mes précieux recueils de poésie de Cécile Coulon, re-dédicace de Une bouteille dans la mer de Gaza de Valérie Zenatti, par cette dernière… 16 ans plus tard ! En effet, mon exemplaire était dédicacé de 2008, où j’avais eu déjà la chance de lui parler. Je me souviens que j’avais adoré son roman, et que j’avais été très touchée par cette rencontre. Valérie Zenatti était elle-même très touchée de revoir une lectrice lui faire re-dédicacer son roman. Bref, c’était un joli moment
J’ai beaucoup papoté avec des autrices
notamment Julia Malye et Jan Carson, Marion (toujours celle de la Page Sensible) et Laurence. Jan Carson a voulu me convaincre que son dernier roman Les ravissements  était « fun » mais… I beg to differ ! (I don’t trust you !). Très belle rencontre, et beaucoup de discussions autour d’Agatha Christie. J’ai hâte de lire ses Postcard Stories, ça me donne envie, et a priori, il existe un cosy mystery de cette autrice ! (I’m looking forward to reading this !!) Julia Malye était super sympa, en visio et en vrai, tellement de gentillesse et de douceur, c’était un plaisir de lui parler ! (Pour écouter l’interview ou la petite chronique). Et je suis ensuite allée voir les 2 autrices jeunesse que j’ai découverte avec le PDL : Rachel Corenblit (j’ai fait un épisode sur Comme une famille, les personnages m’avaient siiii touchés) et Florence Hinckel, qui sont super sympa et avec qui nous avons parlé de marque-page (;)) : vraiment, j’ai passé une chouette soirée !

Le lendemain, c’était la dernière journée, et j’ai commencé avec la rencontre Julia Malye et Cécile Coulon (j’ai parlé de son recueil Noir Volcan il y a un moment), c’était intéressant comme tout, drôle parfois, et touchant. J’ai croisé l’association Anagramme, qui proposait des lectures à voix haute dans les petites cabanes à côté de la BEP, et j’ai pu écouter… le début de Toutes les filles en jaune (dont j’ai lu… le même passage, ici !). Super lecture, les gens étaient très enthousiastes, j’ai adoré la lecture et ça m’a donné envie de découvrir l’association… affaire à suivre !
L’après-midi était émouvante : j’ai écouté la lecture croisée de Rachel Corenblit et Florence Hinckel, Sortir du filtre : chaque autrice a lu des passages du roman de l’autre… sans lui dire en avance lesquels. L’histoire se dessine dans les deux cas et c’était très joli. D’un côté, Florence Hinckel lisait Sortir du placard de Rachel Corenblit. Cette dernière lisait Le filtre de Florence Hinckel. J’ai été très émue par cette lecture, et j’ai craqué pour Sortir du placard de Rachel Corenblit et #Bleue de Florence Hinckel à la fin du festival.
Et à la fin de la lecture, j’ai pu rencontrer Catherine Allibert, que je suis sur Instagram : comme quoi, le bookstagram Grenoble (ça fait classe dit comme ça !) est petit… et facile à rencontrer entre deux évènements du Printemps ! Et c’est drôle, parce que l’année dernière, c’était aussi à l’occasion du Printemps que j’avais pu rencontrer Noémie, puis grâce à elle avoir connaissance du bookclub Epilog !

J’ai eu un emploi du temps bien rempli, qui m’a fait faire des choix déchirants comme :

  • ne pas aller au concert dessiné (j’ai préféré la rencontre Julia Malye et Cécile Coulon)
  • ne pas avoir pu assister à la correspondance avec un tableau entre une autrice et une œuvre du Musée de Grenoble (l’année prochaine ? J’espère !)
  • l’arpentage de jeudi soir me tentait bien, tant pour l’exercice que pour découvrir l’oeuvre, et rencontrer l’autrice : une autre fois j’espère !

Pour te remettre dans l’ambiance du PDL, tu peux réécouter les épisodes cités dans l’article ou aller écouter la saison 2 du podcast, consacrée au PDL
Dans mes épisodes, j’avais aussi parlé de :

  • Lou ! (Il y avait trop de queue pour faire dédicacer ses exemplaires, et je n’ai pas pu aller aux évènements !),
  • Casablanca Circus (l’autrice n’a pas pu venir finalement :()

Je suis sortie du week-end avec des envies de lecture et de belles rencontres : merci le PDL, et à l’année prochaine !

Episode 70 – Traverser l’Atlantique pour se marier à des colons français, avec La Louisiane, de Julia Malye

Aujourd’hui, le livre qu’on croque, c’est La Louisiane, un roman de Julia Malye.

Powered by RedCircle

C’est l’histoire d’un évènement historique qui m’était totalement inconnu : le fait que des femmes aient été envoyées en Louisiane en 1720 pour y devenir des épouses dévouées, fertiles et discrètes. Dans ce roman, on suit trois héroïnes, toutes différentes, toutes envoyées depuis l’hôpital de la Salpêtrière à Paris vers les rivages inconnus de la Louisiane, en passant par une traversée de l’Atlantique périlleuse. C’est donc les orphelines, les laissées pour compte par leur famille, celles qui dérangent et qui sont considérées comme folles — et qui sont en âge de procréer (donc à partir de 12-13 ans) — qui vont partir pour aller donner une descendance aux colons français arrivés en Louisiane au début du 18e siècle. C’est un roman choral où nous suivons Geneviève, qui a fait un court séjour en prison pour une raison que je vous tairais aujourd’hui (suspense !), Pétronille, une aristocrate enfermée par ses parents, et Charlotte orpheline élevée à la Salpêtrière. On suit ces trois femmes entre les décès, les naissances, les mariages, les guerres contre les tribus indiennes, et durant leur voyage et leur adaptation difficile à ce Nouveau monde.

J’ai aimé ce roman, déjà parce que je ne connaissais pas cette période historique, et que j’ai appris plein de choses ! C’est une histoire si inconnue que même à la Salpêtrière, il n’y a aucune plaque pour commémorer leur départ ou leur existence… Cette histoire nous amène sur les traces des femmes envoyées en Louisiane pour peupler la récente colonie française, et le moins qu’on puisse dire, c’est que leur vie n’est pas de tout repos. Tout est très bien documenté, et c’est normal, car l’autrice a passé 8 ans à se renseigner et faire de longues recherches. Je suis également assez fascinée par le fait que l’autrice a écrit son livre deux fois : une fois en anglais… et une fois en français !

En plus, c’est un roman choral, et vous connaissez mon amour pour ce type de roman : ça permet de s’attarder un peu plus longuement sur plusieurs personnages, de voir plusieurs situations différentes, de comprendre un peu mieux chacune des personnages principal. On y voit des femmes se créer une nouvelle vie, envers et contre tout, loin de leur pays natal, et sans avoir beaucoup de marge de manoeuvre. J’ai aimé la lecture !

 Ce roman va être adapté en série prochainement, et je suis intriguée et impatiente de voir Geneviève, Charlotte et Pétronille représentées à l’écran.

Je vous recommande La Louisiane de Julia Malye si vous cherchez un roman historique avec des héroïnes féminines

J’ai lu ce livre dans le cadre d’un partenariat non rémunéré avec le Printemps du livre de Grenoble 2024 : ce festival a lieu du 3 au 7 avril 2024 dans les différentes bibliothèques de Grenoble & dans les lieux partenaires. Merci à Julia Malye de nous avoir accordé du temps avec le podcast La Page Sensible. Vous pouvez retrouver son interview passionnante dans l’épisode bonus ou en allant écouter La Page Sensible. Pour vous plonger dans l’ambiance du Printemps du livre, sachez que les hirondelles du Printemps se posent dans diverses structures, bibliothèques, commerces à partir du 19 mars et jusqu’au 3 avril. Le programme est en description. Si vous voulez rencontrer Julia Malye l’autrice du roman dont je vous ai parlé, c’est possible pour une lecture le samedi 6/04 à 17h30 à la Bobine et le dimanche 7/04 à 10h30 pour une table ronde avec Cécile Coulon (j’y serais !) ou à 15h pour une lecture au musée de Grenoble. Et si vous voulez faire dédicacer vos livres et rencontrer les auteurs et autrices en tête à tête, notez dans vos agendas la soirée librairie-dédicace organisée le samedi 6/04 à 19h à la bibliothèque d’étude et du patrimoine de Grenoble.

Toutes les informations/le programme et les réseaux sociaux pour le Printemps du livre 2024 à Grenoble sont ici : Blog

Découvre l’épisode “Rencontre-entretien avec Julia Malye”, enregistré avec Marion de La Page Sensible (qui a aussi un joli compte Instagram) dans l’épisode 70Bis du podcast :

Powered by RedCircle

Livre chroniqué : La Louisiane, de Julia Malye, Stock 2024

Musique du générique :

Credits: Not The King – Ice Tea – Royalty Free Vlog Music — Music By Not The King

Musique d’ambiance pour la lecture :

“Waves and Tears – Sad Piano Music with Calm Ocean Waves”, Music by Julius H. from Pixabay

Contacts :

Pour retrouver tous les liens pour me retrouver/me contacter/me suivre : https://linktr.ee/lacroqueusedelivrespodcast

Pour info, je suis sur Instagram, mais aussi sur Facebook et tu peux retrouver mon Blog : www.lacroqueusedelivrespodcast.fr

Mail : lacroqueusedelivres@gresille.org

Si vous voulez être invité-e dans le podcast ou me faire un retour, n’hésitez pas !

N’hésitez pas à le partager autour de vous pour le faire découvrir ou à le noter sur votre application de podcast préférée.

Merci pour votre écoute.

A très vite, pour découvrir un nouveau livre à croquer… ou à dévorer !

Episode 69 – Grandir avec Lou! de Julien Neel

Aujourd’hui, le livre qu’on croque, c’est la série de BD Lou! de Julien Neel, dont la deuxième saison a commencé en 2020 avec Lou! Sonata.

Powered by RedCircle

On y suit Lou, une jeune fille entrant au collège au début du premier tome. Elle est drôle, vive, créative, indépendante. Elle vit seule avec sa mère, elle aussi créative et exubérante, écrivaine de science fiction, Le père de Lou a abandonné sa mère quand il a appris sa grossesse, elles vivent donc toutes les deux. Sa meilleure amie s’appelle Mina, elles se connaissent depuis la crèche. Enfin, Lou est amoureuse d’un garçon depuis la maternelle, Tristan, un de ses voisins, à qui elle finit par adresser la parole à 12 ans et demi. Lou grandit au fil des 10 tomes, elle rencontre de nouvelles personnes, vit de nouvelles aventures… et avec Sonata!, la deuxième saison de BD, sonne le début de l’âge adulte.

Lou!, c’est ma madeleine de Proust. J’ai toujours adoré les dessins et la douceur qui se dégageait de ces BD. C’est un univers familier, que je connaissais un peu de loin, mais qui me semblait rassurant et douillet. Plonger aujourd’hui dans le journal de Lou, en tant qu’adulte, c’est une expérience douce, qui fait sourire. Déjà, c’est un plaisir de lire les résumés des tomes précédents sur l’intérieur de la couverture : on a la présentation des personnages, fait par la principale intéressée, et c’est savoureux. J’ai adoré retrouver les personnages comme la mère de Lou (qui est vraiment très drôle), et j’ai trouvé ça doux de voir Lou grandir progressivement. On voit que les questions qu’elle se pose sont différentes selon les tomes et l’âge de Lou.

En bref Lou!, et notamment Lou ! Sonata, c’est une bouffée d’air frais, qui dure depuis 20 ans, et qui j’espère va durer encore longtemps.

J’ai lu ce livre dans le cadre d’un partenariat non rémunéré avec le Printemps du livre de Grenoble 2024 : ce festival a lieu du 3 au 7 avril 2024 dans les différentes bibliothèques de Grenoble. Pour vous plonger dans l’ambiance du Printemps du livre, sachez que les hirondelles du Printemps se posent dans diverses structures, bibliothèques, commerces à partir du 19 mars et jusqu’au 3 avril. Le programme est en description Si vous voulez rencontrer Julien Neel, il sera au musée de Grenoble à 15h le samedi et au TMG Grand Théâtre à 11h le dimanche. Et si vous voulez faire dédicacer vos livres et rencontrer les auteurs et autrices en tête à tête, notez dans vos agendas la soirée librairie-dédicace organisée le samedi 6/04 à 19h à la bibliothèque d’étude et du patrimoine de Grenoble.

Toutes les informations/le programme et les réseaux sociaux pour le Printemps du livre 2024 à Grenoble sont ici : Blog

Livre chroniqué : Lou! & Lou!Sonata, de Julien Neel, Glénat (dernier tome sortie en 2024)

Musique du générique :

Credits: Not The King – Ice Tea – Royalty Free Vlog Music — Music By Not The King

Musique d’ambiance pour la lecture :

Music by Lesfm, “Just Relax” https://pixabay.com/fr/users/lesfm-22579021/

Contact :

Pour retrouver tous les liens pour me retrouver/me contacter/me suivre :

https://linktr.ee/lacroqueusedelivrespodcast

Je suis sur Instagram, mais aussi sur Facebook et tu peux retrouver mon Blog : www.lacroqueusedelivrespodcast.fr

Mail : lacroqueusedelivres@gresille.org

Si vous voulez être invité-e dans le podcast ou me faire un retour, n’hésitez pas !

N’hésitez pas à le partager autour de vous pour le faire découvrir ou à le noter sur votre application de podcast préférée.

Merci pour votre écoute.

A très vite, pour découvrir un nouveau livre à croquer… ou à dévorer !

Episode 66 – Découvrir un secret de famille alors que tous nos repères s’effondrent , avec l’Enfant dans le taxi de Sylvain Prudhomme

Aujourd’hui, le livre qu’on croque, c’est le roman L’enfant dans le taxi de Sylvain Prudhomme.

Et ce n’est pas une mais deux chroniques que je vous propose aujourd’hui !

Vous pouvez retrouver l’épisode où la podcasteuse La Page Sensible et moi-même réalisons un entretien de l’auteur ici :

Powered by RedCircle

Et la chronique habituelle ici :

Powered by RedCircle

L’Enfant dans le taxi parle de famille. A l’enterrement de son grand-père, Simon apprend que ce dernier a eu un enfant avec une allemande à la fin de la Seconde guerre mondiale. Il aurait donc un oncle caché, près du Lac de Constance. Ce secret de famille le bouleverse, d’autant plus dans cette période où il est en pleine séparation avec la mère de ses enfants.

J’ai beaucoup aimé ce roman, que j’ai trouvé touchant. L’enquête autour des origines et de la filiation est menée par Simon, un héros vulnérable. Il doit slalomer entre les oppositions de sa grand-mère, les témoignages des uns et des autres, son imagination, et surtout beaucoup, beaucoup de silence. J’ai trouvé que l’écriture était très sensible et qu’on ressentait bien la situation de carrefour dans laquelle se trouve Simon : il oscille entre la rupture sentimentale de Simon et la recherche de cet enfant mis de côté. En s’intéressant à cet oncle, c’est aussi le destin de milliers d’enfants de guerre nés des amours illicites entre des allemand-es et des français-es dont on parle. Ce roman est délicat dans sa manière de parler de filiation, de cette quête d’un enfant privé de père, de ce que les non-dits peuvent créer au sein d’une famille. Ca parle aussi de refaire famille après une rupture et de retrouver son équilibre lorsque ses repères sont bouleversés.

Je vous recommande L’enfant du taxi si vous cherchez une lecture fluide et émouvante autour de la filiation.

J’ai lu ce livre dans le cadre d’un partenariat non rémunéré avec le Printemps du livre de Grenoble 2024 : ce festival a lieu du 3 au 7 avril 2024 dans les différentes bibliothèques de Grenoble. Avec La Page Sensible, nous avons enregistré un épisode avec Sylvain Prudhomme dans le cadre du partenariat : merci à lui, et foncez l’écouter, c’était super enrichissant ! Pour vous plonger dans l’ambiance du Printemps du livre, sachez que les hirondelles du Printemps se posent dans diverses structures, bibliothèques, commerces à partir du 19 mars et jusqu’au 3 avril. Le programme est en description. Si vous voulez rencontrer Sylvain Prudhomme, l’auteur du roman dont je vous ai parlé, c’est possible le jeudi 4/04 à 19h pour une lecture au Petit Angle avec Pierre Baux. Il rencontre le vendredi 5 avril les étudiants de l’université à la bibliothèque d’étude et du patrimoine. Et si vous voulez faire dédicacer et rencontrer les auteurs et autrices en tête à tête, notez dans vos agendas la soirée librairie-dédicace organisée le samedi 6/04 à 19h à la bibliothèque d’étude et du patrimoine de Grenoble.

Toutes les informations/le programme et les réseaux sociaux pour le Printemps du livre 2024 à Grenoble sont ici : Blog

Découvre l’épisode “Rencontre-entretien avec Sylvain Prudhomme”, enregistré avec Marion de La Page Sensible(qui a aussi un joli compte Instagram) dans l’épisode 66Bis du podcast (ci-dessus) ou en allant écouter sur la page de Marion/La Page sensible pour découvrir son travail

Livre chroniqué : L’enfant dans le taxi, Sylvain Prudhomme, Editions de Minuit, 2023

Musique du générique :

Credits: Not The King – Ice Tea – Royalty Free Vlog Music — Music By Not The King

Musique d’ambiance pour la lecture :

“Separation”, Music by William_King from Pixabay (libre de droit)

Contact :

Pour retrouver tous les liens pour me retrouver/me contacter/me suivre :

https://linktr.ee/lacroqueusedelivrespodcast

Je suis sur Instagram, mais aussi sur Facebook et tu peux retrouver mon Blog : www.lacroqueusedelivrespodcast.fr

Mail : lacroqueusedelivres@gresille.org

Si vous voulez être invité-e dans le podcast ou me faire un retour, n’hésitez pas !

N’hésitez pas à le partager autour de vous pour le faire découvrir ou à le noter sur votre application de podcast préférée.

Merci pour votre écoute.

A très vite, pour découvrir un nouveau livre à croquer… ou à dévorer !

Episode 65 – Vivre des évènements historiques au côté de la famille Diangello, avec Comme une famille, de Rachel Corenblit

Powered by RedCircle

Aujourd’hui, le livre qu’on croque, c’est Comme une famille. La saga des Diangello, un roman jeunesse de Rachel Corenblit.

C’est l’histoire… de la rencontre entre l’Histoire avec un grand h et une famille qui évolue au fil des chapitres, et dont on découvre ses membres progressivement. Chaque chapitre porte la date d’un évènement historique, et joint le personnel, l’intime à ce moment qui va devenir marquant pour une bonne partie de l’humanité. On découvre Claudia, adolescente blasée par ses frères, dont Luigi, qui a du mal à trouver sa place, Candice, qui ne parle pas beaucoup, Pierre qui a honte de sa famille, Sam qui voit sa mère débordée… Et tous ces personnages, on les trouve, on les rencontre à différents moments de leurs vies. On voit grandir Claudia, Luigi, Pierre, Candice, on les voit dans leurs peines, leurs doutes. Mais toujours par le biais d’un moment historique.

Je n’attendais pas grand chose de ce roman, et je l’ai adoré. Il m’a beaucoup touché, et j’ai trouvé qu’il touchait avec justesse cette manière d’entrelacer la petite histoire et celle qui reste dans les manuels. Après tout, quasiment tout le monde peut raconter ce qu’il faisait le 13 novembre 2015, ou le 11 septembre 2001, ou en mars 2020. Et c’est incroyable de s’attacher si vite, et si fort à des personnages qu’on ne croise que par une petite lucarne, un chapitre ou deux, parfois à plusieurs années d’écart. J’ai aimé les voix de chacun, qui sont distinctes et montrent bien le caractère des personnages et leurs points de vue. La fin m’a bouleversé, et j’ai quitté ce roman comme on quitte des ami-es proches. Chaque personnage est profond, je les ai tous trouvé peint avec finesse, et j’ai aimé les suivre chacun à leur tour, en ce jour particulier pour eux, et pour toute une génération également (mais pas toujours pour la même raison !). On sent vraiment que la famille Diangello évolue, se fracture, se rabiboche, que certaines tensions demeurent, mais que chacun des membres de la famille se retrouve d’une certaine manière à la fin. La lecture est fluide, le livre se lit bien, avec des chapitres courts et je pense qu’il peut toucher de manière particulière des adolescents : que fait-on le jour d’un évènement historique ? Et se rendait-on compte de ce qu’on vit l’est, historique ? Dans quelle mesure ?

Je vous recommande Comme une famille, de Rachel Corenblit, si vous aimez les romans qui parlent de famille et si, vous aussi, vous êtes en train de vous souvenir ce que vous faisiez en mars 2020.

J’ai lu ce livre dans le cadre d’un partenariat non rémunéré avec le Printemps du livre de Grenoble 2024 : ce festival a lieu du 3 au 7 avril 2024 dans les différentes bibliothèques de Grenoble. Pour vous plonger dans l’ambiance du Printemps du livre, sachez que les hirondelles du Printemps se posent dans diverses structures, bibliothèques, commerces à partir du 19 mars et jusqu’au 3 avril. Le programme est en description. Si vous voulez rencontrer Rachel Corenblit, l’autrice du roman dont je vous ai parlé, c’est possible le vendredi 5/04 à 15h30 à la bibliothèque Alliance (j’espère y être !), le samedi 6/04 pour une lecture au musée de la résistance à 11H, ou le dimanche 7/04 à l’auditorium du muséum pour une lecture avec Florence Hinckel. Et si vous voulez faire dédicacer et rencontrer les auteurs et autrices en tête à tête, notez dans vos agendas la soirée librairie-dédicace organisée le samedi 6/04 à 19h à la bibliothèque d’étude et du patrimoine de Grenoble.

Toutes les informations/le programme et les réseaux sociaux pour le Printemps du livre 2024 à Grenoble sont ici : Blog

Livre chroniqué : Comme une famille. La saga Diangello, Rachel Corenblit, Nathan 2023

Musique du générique :

Credits: Not The King – Ice Tea – Royalty Free Vlog Music — Music By Not The King

Musique d’ambiance pour la lecture :

https://pixabay.com/fr/sound-effects/child-ha-ha-103936/
https://pixabay.com/fr/sound-effects/child-laughing-113112/
https://pixabay.com/fr/sound-effects/slow-heartbeat-100-bpm-152055/
https://pixabay.com/fr/sound-effects/funny-kids-5-99755/

Contact :

Pour retrouver tous les liens :

https://linktr.ee/lacroqueusedelivrespodcast

Je suis sur Instagram @lacroqueusedelivrespodcast

Facebook avec “La croqueuse de livres”

Mail : lacroqueusedelivres@gresille.org

Blog : www.lacroqueusedelivrespodcast.fr

Si vous voulez être invité-e dans le podcast ou me faire un retour, n’hésitez pas !

N’hésitez pas à le partager autour de vous pour le faire découvrir ou à le noter sur votre application de podcast préférée.

Merci pour votre écoute.

A très vite, pour découvrir un nouveau livre à croquer… ou à dévorer !